Les Pathologies de croissance

Le sport est la principale activité de loisir des enfants et des adolescents.

Les enfants entament leur "carrière" sportive de plus en plus jeunes et les entraînements ne sont pas toujours adaptés à leur morphologie particulière.

Lorsqu'il est pratiqué de manière intensive ou inapproprié, il peut engendrer des pathologies spécifiques.

Chez l'adulte, l'activité sportive intense altère les muscles et les tendons alors que chez l'enfant les structures fragiles de son cartilage de croissance ainsi que des noyaux secondaires d'ossification seront principalement touchés.

Les principales pathologies de croissances sont :

  1. La maladie de Sever

  2. La maladie d'Osgood-Schlatter

  3. La maladie de Sinding-Larsen-Johansson

1. Maladie de Sever :

1.1 Définition :

La maladie de Sever est une talalgie postérieure unilatérale ou bilatérale caractérisée par un trouble du noyau d’ossification secondaire postérieur du calcanéum.

Elle touche principalement les enfants sportifs entre 7 et 13 ans.

La maladie de Sever fait partie des trois ostéochondrites les plus fréquentes chez les enfants et préadolescents.

Caractéristiques cliniques :

 

- Douleur au talon survenant à la marche, course et saut

- Douleur à la palpation latérale du talon ainsi qu'au niveau de l’insertion du tendon d’Achille

- Douleur à la flexion dorsale de la cheville

- Douleur diminue au repos

1.2 Etiologies :

- Surtout sexe masculin.

- Tranche d’âge entre sept et treize ans.

- Haute intensité sportive.

- Microtraumatismes répétés.

- Rétraction du tendon d’Achille.

- Pieds plats associés.

1.3 Examens complémentaires :

La radiographie : le bilan radiologique ne doit pas servir à établir un diagnostic mais à mettre en évidence un éventuel diagnostic différentiel : fracture de fatigue, ostéite ou talonnade.

1.4 Traitements :

- Arret des activités sportives qui peuvent solliciter le talon.

- La cryothérapie "thérapie par le froid", pour ses effets analgésiques et anti-inflammatoires. 7 à 8 minutes 2 fois par jour en attente des semelles podologiques sur mesure.

- Les semelles podologiques corrigent le valgus d’arrière-pied et donc réduit la traction du tendon d’Achille sur son insertion calcanéenne.

- Exercices d’étirement de la chaîne postérieure.

- La reprise du sport devra se faire progressivement afin d’éviter la récidive.

2. La maladie d’Osgood-Schlatter :

2.1 Définition :

La maladie d’Osgood-Schlatter est une ostéochondrose du noyau d'ossification secondaire au niveau de la tubérosité tibiale antérieure, sur laquelle vient s'insérer le tendon rotulien du quadricepps.

Les ostéochondroses sont communément appelées pathologies de croissance ou de traction et touchent principalement les enfants sportifs entre 8 et 15 ans.

 

Caractéristiques cliniques :

 

- Douleur face antérieure du genou à la palpation ainsi que pendant et après l’activité sportive.

- Douleur lors de la contraction et l’étirement du quadriceps.

Facteurs favorisants :

 

- Pratique intensive de sport

- Rétraction du quadriceps

- Genou valgum/varum

- Pieds plats

- Endorotation du segment jambier

2.2 Examens complémentaires :

La radiographie montre un épaississement de la partie distale du tendon patellaire.

Dans les cas plus graves, on peut voir une fragmentation de la tubérosité tibiale ou même un arrachement osseux.

2.3 Traitements :

- Traitement médical :

 

- Le traitement le plus courant et sans doute le plus efficace reste le repos.

- Dans certains cas (enfant très actif et non-coopératif ou pour une atteinte importante et très douloureuse) il sera avisé d’imposer le repos par le port d’un plâtre ou d’une attelle.

- La cryothérapie "thérapie par le froid", pour ses effets analgésiques et anti-inflammatoires.

- Traitement anti-inflammatoire.

 

- Traitement podologique :

 

Le traitement podologique consistera en la réalisation de semelles sur mesures contrôlant l’hyperpronation et limitant la rotation interne du segment jambier. On observera alors une diminution de la tension en traction du tendon rotulien.

 

- Traitement kinésithérapeutique :

 

Le kinésithérapeute interviendra s'il y a une rétraction du droit antérieur (cause de la sur sollicitation du tendon rotulien). Dans ce cas, il effectuera un travail d’étirement pour lui redonner l’élasticité optimale et diminuer les tensions.

 

- Traitement chirurgical :

 

Dans de rares cas, on peut constater un arrachemment significatif de la tubérosité tibiale antérieure nécessitant une intervention chirurgicale.

Elle consistera en la fixation du fragment osseux à l'aide d'une vis. Une immobilisation plâtrée sera de rigueur.

3. Maladie de Sinding-Larsen-Johansson :

3.1 Définition :

La maladie de Sinding-Larsen-Johansson est une ostéochondrose du noyau d’ossification secondaire de l’apophyse patellaire.

Elle touche principalement les enfants sportifs entre 8 et 15 ans et correspond à une souffrance de l’insertion haute du tendon patellaire sur l’apex de la patella. Elle peut être associée à la maladie d’Osgood-Schlatter.

Caractéristiques cliniques :

 

- Douleur face antérieure du genou au niveau de l’apex de la patella (rotule) à la palpation ainsi que pendant et après l’activité sportive

- Douleur lors de la contraction et l’étirement du quadriceps

 

Facteurs favorisants :

 

- Pratique intensive de sport

- Rétraction du quadriceps

- Genou valgum/varum

- Valgus médio-tarsien et/ou pieds hyper-pronateur

- Endorotation tibiale

3.2 Différentes formes :

On distingue deux formes:

 

La forme aiguë: correspond à un traumatisme survenu au cours du sport et se caractérise par un arrachement osseux qui évolue correctement après 6 à 12 semaines de repos et une reprise progressive de l'activité.

 

La forme chronique: est secondaire à des microtraumatismes et à des mises sous tension répétées par d’intenses contractions musculaires. L’incapacité sportive et les douleurs persistent et rendent la reprise du sport impossible.

3.3 Complications :

Cette maladie peut évoluer vers une ostéochondrite de la patella.

Elle correspond alors à une inflammation de l’os et de son cartilage due à un manque de circulation sanguine lors de la croissance.

Les micro-traumatismes et le manque d’amortissement restent les facteurs les plus aggravants.

3.4 Traitements :

Le traitement indiqué sera :

 

- Repos sportif obligatoire.

- Immobilisation totale du genou (attelle d’extension).

- Exercices d’étirement du quadriceps.

- Traitement podologique par réalisation de semelles orthopédiques sur mesures pour corriger l’hyperpronation et limiter la rotation interne afin de diminuer de la tension en traction du tendon rotulien.

             Pireaux xavier

Podologue-Podothérapeute

xavierpireaux@yahoo.fr

             0478/99.62.75